Groupe de Chasse 1/2 "Cigognes"

Homologation n° A1389 du 1/12/2009
Définition héraldique : Ecu ancien d’azur à trois cigognes au naturel brochant une cotice tricolore, celle du chef dite “de Saint-Galmier”, celle du coeur dite “de Fonck”, celle de la pointe dite “de Guynemer”.


L'entrée dans la chasse à réaction et l'arrivée à Dijon

Un an plus tard, il est le premier à être transformé sur avion à réaction Vampire. La même année, les « Cigognes » sont affectées à Dijon. Les cinq premiers Vampires s’y posent le 10 juin. Deux ans plus tard, c'est le début de la transformation sur Ouragan. Près de 13 000 heures de vol sont effectuées sur cet appareil jusqu’en mai 1956, date à laquelle le Groupe change de matériel et reçoit les Mystère IV A.
En octobre 1956, les « Cigognes » décollent à destination d’Israël via Brundisi et Chypre. Elles participent sous l’appellation « Squadron 199 » aux opérations de Suez.

Le 18 mars 1961, le capitaine de Rousiers pose le premier Mirage III C sur la base de Dijon. Sur ce type d’appareil, en un peu plus de sept ans, les pilotes accomplissent plus de 25 000 heures de vol.
La deuxième moitié de l’année 1968 marque l’arrivée du Mirage III E. Au total, 83 139 heures en 97 716 sorties ont été effectuées sur cet avion.

Le temps du Mirage 2000

L’arrivée du Mirage 2000 C, le 2 juillet 1984 a marqué sans aucun doute un tournant pour le Groupe et pour l’Armée de l'Air. C'est le premier escadron équipé du premier chasseur à commandes de vol électriques, un concurrent direct des avions les plus modernes en service alors, tel le F-16 ou le F-15. Le 1/2 est d'abord l'unité de transformation, équipée de monoplaces mais aussi de biplaces. Il ouvre la voie, rédige les manuels opérationnels et défriche le terrain inconnu dévoilé par cette nouvelle machine.

A partir du 8 avril 1993 et jusqu’en octobre 1996, le Groupe de chasse « Cigognes » participe, aux côtés des 12ème et 5ème Escadre et des avions de l’OTAN, à l’opération « ALYSSE » au dessus de l’Irak dans le cadre des résolutions des Nations Unies.
En juin 1995, lors de la réorganisation de l’Armée de l'Air, la 2ème Escadre de chasse est dissoute ; le Groupe de chasse 1/2 « Cigognes » devient alors une unité complètement autonome. Quelques mois plus tôt, il avait accueilli une autre escadrille, la SPA 12 "Cigogne à ailes déployées", formant ainsi une unité à trois escadrilles.

De l'arrivée du Mirage 2000-5 à nos jours

En Mars 1999, les premiers Mirage 2000-5 se posent sur la base de Dijon. Si extérieurement, l'avion est identique à la version C (à quelques détails près), l'armée de l'air s'ouvre un horizon nouveau, renforcée par l'entrée en service des missiles MICA. La "2" devient une unité "Fox 3", c'est à dire capable de tirer des ar mes autonomes hors de la portée visuelle. Avec son système de navigation et d'attaque organisé autour du radar RDY, c'est un ensemble de tactique totalement nouve au qui s'offrent aux pilotes de -5. Pendant quelques années, jusqu'à la confirmation de la valeur du Rafale, la "2" est ses Mirage 2000-5 forment la colonne vertébrale de la défense aérienne française, l'outil principal de supériorité aérienne.
A ce titre, le Groupe participe à l'opération Harmattan de bombardement des forces libyennes en 2011, offrant une couverture aérienne aux missions d'attaque au sol.
Cette même année, les Cigognes quittent leur nid dijonnais pour s'installer sur la base aérienne 116 de Luxeuil, où elles se trouvent aujourd'hui.

Actuellement le Groupe de Chasse 01.002 « Cigognes » abrite les prestigieuses escadrilles de la SPA 3 dite de Guynemer, de la SPA 103 dite de Fonck et de la SPA 26 dite de Saint-Galmier arrivée en 2009 en remplacement de la SPA 12, mise en sommeil. Ce sont elles qui, ensemble ou séparément, ont écrit l’histoire du Groupe et fait ses traditions.